20141015_112508Marie-Catherine Henry

Marie-Catherine Henry naît au Havre un jour de novembre d’un papa français et d’une maman italienne. La fréquentation régulière, voire effrénée, de la Maison de la culture du Havre (MCH) l’amène tout naturellement à se diriger vers des études en lien avec la culture.

Elle travaille dans le monde du spectacle vivant, des arts et de la culture depuis plus de 20 ans en tant que chargée de diffusion, de production et administratrice.
Après une formation initiale en animation socio-culturelle et gestion des entreprises culturelles à Paris VIII, elle collabore avec diverses structures (MJC,CAC, …) à la programmation, la conception d’expositions, au développement de la culture cinématographique puis se dirige vers une tout autre voie en créant un salon de thé largement ouvert aux artistes et créateurs de tous genres. Expérience enrichissante qui lui donnera de solides aptitudes en management.

Quelques années plus tard, l’appel des premières amours est trop fort. Après avoir entrepris une formation en conception et mise en œuvre de projets culturels à l’université d’Aix-Marseille, elle rejoint des compagnies de théâtre, danse, musique, arts de la rue dont elle accompagne la structuration et le développement. Elle conçoit avec ces compagnies plusieurs projets internationaux (Pologne, Espagne, Liban, Angleterre).

Elle contribue à la création d’un collectif regroupant artistes chorégraphiques, enseignants de la danse et amateurs dans le but de rompre l’isolement des professionnels, de partager des pratiques, des questionnements, des ressources et de tisser des liens de proximité avec le public de la danse.

Pendant 6 ans, elle accompagne la mise en place et le suivi d’un groupement d’employeurs dans le domaine du spectacle vivant. Elle assure les missions d’administration (du groupement d’employeurs et des compagnies), de production/diffusion des spectacles, de communication, de développement des actions culturelles (avec des établissements scolaires, socioculturels, scientifiques, pénitentiaires).

Cette dernière expérience au sein d’un projet mutualisé la conduit à approfondir une réflexion sur la gouvernance des structures associatives et à s’interroger sur les voies qui pourraient proposer de nouvelles formes de rapports artistes/citoyens et plus largement sur les questions de la place des arts et de la culture dans la société.

Cette recherche l’amène à rejoindre le Conservatoire des arts et métiers aux côtés de Jean-Louis Laville, sociologue titulaire de la chaire d’économie solidaire, dont elle coordonne l’activité éditoriale (ouvrages et direction d’ouvrages, articles, site, blog) en France et à l’international (Amérique du Sud et du Nord, Espagne, Japon, …). Elle coordonne également l’organisation de colloques internationaux, conférences, rencontres et de l’université populaire et citoyenne du Cnam.

Forte de ces expériences et plus que jamais convaincue qu’une autre voie est possible que celle de la marchandisation de la culture, elle fonde, avec Shirley Harvey, Bien Commun dans le but de tisser des liens entre artistes et citoyens sur le territoire haut-normand. Histoire de voir un peu si tous les hommes de bonne volonté ne se donneraient pas un petit peu la main !

Depuis, Bien Commun a pris son envol, précisé et diversifié ses objectifs et activités … mais ça on vous en parle plus loin.

Elle est certes attachée au territoire mais elle a une marotte : elle aime aller voir ailleurs ce qui se passe. Les projets internationaux sont pour elle régénérants, tonifiants, rafraîchissants et nourrissants.