20141015_112508

Après des études d’histoire, de sociologie politique et de relations internationales, Anouk Coqblin se tourne vers la solidarité internationale et accompagne, au sein du Secours Catholique-Caritas France, des associations locales, dans les pays de l’ex-URSS (Russie, Ukraine, pays du Caucase et d’Asie Centrale), en Asie et en Amérique Latine. Au-delà du soutien financier à des projets, il s’agit d’appuyer le développement de la société civile, la structuration et pérennisation des associations, leurs capacités d’action et d’interpellation auprès des pouvoirs publics et des organisations internationales (Conseil de l’Europe, Nations Unies, etc).

Suite à une réflexion menée sur son évolution professionnelle, elle rejoint en 2011 l’équipe du Centre de Recherche et d’Intervention pour la Démocratie et l’Autonomie (CRIDA) dont les missions sont de renforcer les relations entre sciences sociales et société civile, de produire des connaissances sur des innovations socio-économiques et d’accompagner les acteurs de terrain dans leurs démarches réflexives sur leurs pratiques.

Elle conduit des missions d’accompagnement d’associations et d’acteurs de l’économie sociale et solidaire, des évaluations d’associations et de politiques publiques (vie associative, jeunesse, éducation populaire ; solidarité internationale ; établissements sociaux et médico-sociaux ; insertion par l’activité économique ; champ culturel et artistique) ; des formations sur l’évaluation et la gouvernance associative. Il s’agit à chaque fois d’appréhender la structure dans sa spécificité, c’est-à-dire conciliant une mission sociale, une activité économique et une dimension démocratique (permettre la participation de tous les acteurs à la gouvernance et interpeller les pouvoirs publics sur les politiques menées).

A partir de 2016, Anouk Coqblin continue ses missions d’accompagnement dans un autre cadre en lien avec des chercheurs, associations et institutions (Opale, GREF, IRTESS de Bourgogne et IRTS de Franche-Comté, etc) partageant cette conception de l’association et de l’économie solidaire comme leviers de transformation sociale et démocratique. En 2017, elle rejoint l’association Bien Commun dans un souhait de poursuivre son engagement professionnel dans le cadre d’un collectif de travail dynamique, alliant réflexions, productions de savoirs et accompagnements auprès d’acteurs de terrain. Elle continue également à donner des cours à l’IRTESS de Bourgogne et l’IRTS de Franche-Comté sur l’évaluation des politiques publiques et de l’utilité sociale d’une organisation d’Economie sociale et solidaire.